L’année de nos douze ans est très présente dans notre esprit, mais on ne sait pas pourquoi, d’autant plus qu’on ne se rappelle quasiment rien. Quelques bribes, c’est tout. On pense qu’il doit y avoir une partie de nous qui est ou dormante ou dans l’ombre et qui nous a fait survivre cette période de notre vie. Mais on ne la connaît pas, cette partie de nous. Elle nous est complètement étrangère.

Nous avons parlé des différentes parties avec ma psychologue ce matin. Nous avons essayé d’en apprendre plus et de créer des ponts entre elles et moi. Nous avons compris que les différentes parties sont à priori figées dans des périodes traumatisants ou des traumatismes particuliers. Et que je n’arrive pas à m’approprier leurs vécus. Comme si ça ne me concernait pas, moi, ce que nous avons vécu ; comme si ça se passait dans un film et m’était complètement étranger.

12 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *